Journal

Lettre aux perfectionnistes

Ce n’est jamais assez bien fait, assez beau, assez bon.

«  Je mets tellement de temps à réaliser mon travail que je retarde mes collègues ou que je n’ai plus d’énergie pour d’autres challenges ».

« On ne me remercie pas à la hauteur de l’énergie que j’ai mise dans cette tâche et ça me frustre ».

« Je suis intolérant avec mes collaborateurs qui ne s’imposent pas ce niveau d’exigence».

«  Je veux tellement maitriser les tenants et les aboutissants de mon projet que je ne passe pas à l’action ».

Je vous connais. Je salue d’ailleurs bien tendrement cette part de vous-mêmes qui veut bien faire. Nous allons l’appeler «La perfectionniste » d’accord ?

La perfectionniste :

Que veut La Perfectionniste ?  Elle veut certainement votre réussite, votre bonheur, votre succès.

Et nous avons souvent besoin de la Perfectionniste, que ce soit en médecine, en entreprise, dans le monde du sport, de l’art.

Qui accepterait de sortir du bloc opératoire avec une plaie mal suturée ?

Qui voudrait acheter un sac haute couture aux finitions négligées ?

Bref, la Perfectionniste vous veut du bien.

La difficulté c’est que la Perfectionniste est souvent en quête de perfection dans TOUS vos domaines de vie et TOUT le temps. Elle veut que vous soyez bien habillé(e), beau(belle), super intelligent(e), musclé(e), performant(e), créatif(ve) et que vous réussissiez du premier coup. N’est-ce pas ?

Cette stratégie vous enlève de l’énergie, vous fait perdre du temps, vous épuise et vous empêche d’agir.

L’enfance

La tendance au perfectionnisme trouve bien souvent son origine dans l’enfance. Pour être aimé ou accepté , l’enfant que vous étiez a cru qu’il devait être PARFAIT. On lui a dit des phrases du type :

«  Si tu n’apportes pas la meilleure note à l’école, papa ne sera pas content » . 

« Tu es mal habillé. Maman n’aime pas quand tu es négligé ».

Recherchant l’amour de ses parents , l’enfant va mettre en place des comportements lui permettant de l’obtenir au détriment de ses inclinaisons naturelles. Adulte, il exprimera cette tendance perfectionniste avec plus ou moins d’intensité, dans sa vie professionnelle et/ou personnelle.

Le driver « Sois parfait »

Le concept de drivers provient des travaux de Taïbi Kahler, psychologue américain et analyste transactionnel. Il existe 5 drivers principaux dont le fameux «  SOIS PARFAIT » 

•SOIS PARFAIT

•FAIS PLAISIR

•DÉPÊCHE-TOI

•SOIS FORT

•FAIS UN EFFORT

Comment changer ?

Peut-on se changer ?

Naturellement !  Pour cela, il y a trois choses à intégrer :

  1. Vous avez LE DROIT d’être imparfait(e). Qui l’est ? ça n’existe pas l’homme ou la femme parfaite. Parfait(e) en quoi? Pourquoi ? A quoi ça servirait d’être parfait(e) ?
  2. Ce n’est pas ce que vous faites qui compte mais ce que vous êtes. Vous êtes bien plus que vos actions, votre travail, vos performances. Ne confondez pas ce que vous êtes dans votre identité profonde et ce que vous faites. Prenez du recul par rapport à votre travail, vos réalisations ou votre fonction.
  3. Avant de réaliser une tâche, fixez vous un objectif qui dépend des paramètres suivants :
  • ai-je de la disponibilité pour faire ce travail?
  • suis-je compétent(e) ? Dans le cas contraire, puis-je demander de l’aide ?
  • Quel est le niveau d’importance de cette tâche par rapport à mes autres projets ou missions confiés ?

Vous n’avez plus qu’à apprécier le chemin de l’imperfection.. Enjoy !

ps: Si vous aimez cet article, n’hésitez pas à le partager ou à l’envoyer à une personne qui pourrait en avoir besoin.

Laisser un commentaire